« Le spectre islamiste »

Publié le par Gerard Noiriel

Mardi dernier, j’attendais mon train sur le quai du RER. Parmi les voyageurs qui patientaient avec moi, une femme avec un bébé dans une poussette et deux jeunes enfants qui se tenaient sagement par la main. Cette femme portait un foulard et regardait fixement un panneau publicitaire reproduisant la couverture du Point, laquelle montrait en gros plan une autre femme en foulard, photographiée lors de la manifestation du 31 janvier 2011 au Caire. Un énorme titre barrait toute la page pour que tout le monde comprenne bien le sens qu’il fallait attribuer à la photo : « LE SPECTRE ISLAMISTE »

Je me suis demandé ce que pouvait ressentir cette femme confrontée, comme des dizaines de milliers d’autres, à ce genre d’agressions. De nombreuses études de psychologie sociale ont montré que le fait d’associer constamment un aspect de l’identité d’une personne (apparence physique, vêtement, croyance, etc.) avec des commentaires péjoratifs ou dévalorisants était un élément essentiel dans le processus de stigmatisation de certains groupes sociaux.

Les chaînes de télévision et les journaux qui exploitent inlassablement depuis trente ans les stéréotypes sur l’Islam sont incités à le faire pour des raisons commerciales. Depuis la fin du XIXe siècle et les débuts de la presse de masse, les journalistes ont constaté à de multiples reprises l’efficacité des techniques de vente consistant à mobiliser les affects de leur public contre des étrangers présentés comme des ennemis menaçants. Ces journalistes peuvent développer ce business du « eux et nous » sans état d’âme pendant des années ou même des décennies, comme le montre l’histoire de l’antisémitisme. Il serait d’ailleurs intéressant de comparer la façon dont des hebdomadaires comme le Point utilisent aujourd’hui les stéréotypes sur les Musulmans, avec la façon dont leurs devanciers (notamment Gringoire) mobilisaient les stéréotypes contre les Juifs dans les années 1930.

Mais l’histoire montre aussi qu’il arrive un moment où une technique de vente éprouvée cesse d’être efficace. La frontière entre « eux » et « nous » n’est pas figée pour l’éternité. Les consommateurs que l’on voulait caresser dans le sens du poil peuvent se sentir agressés (ou au moins choqués) par des stéréotypes qui ne les gênaient pas auparavant. A partir de ce moment-là, la machine à exploiter les fantasmes doit trouver d’autres cibles pour continuer à fonctionner.

Peut-être que nous sommes en train de vivre aujourd’hui un moment de ce type. Comme l’a noté Olivier Roy (Le Monde, 12 février 2011), depuis trente ans, les clichés tenaces sur l’Islam ont rendu les observateurs et les commentateurs « occidentaux » aveugles aux mutations qui ont touché les sociétés du Maghreb et du Moyen Orient. En agitant à nouveau le spectre du voile islamique et des « Frères Musulmans », les journalistes du Point ont donné une nouvelle illustration du niveau affligeant de leurs analyses. Dans le contexte actuel, en continuant à exploiter ce type de registre, ils risquent de se discréditer aux yeux de leur propre lectorat. C’est en tout cas mon vœu le plus cher.

Mardi dernier sur le quai du RER, pour dissiper le sentiment de malaise que j’éprouvais face à cette femme qui regardait la publicité du Point, j’aurais bien aimé lui dire que le soulèvement populaire égyptien aurait aussi des effets bénéfiques pour nous qui vivons en France. « Bientôt, ils ne pourront plus parler de vous comme ils le font depuis si longtemps. Vous pourrez circuler librement dans les couloirs du métro, avec votre foulard, sans vous faire regarder de travers, sans vous sentir agressée par les panneaux publicitaires financés avec les capitaux de l’information-spectacle ».

 

Commenter cet article

agpoint 12/03/2011 12:56


Bonjour,
Je ne vois pas le rapport entre la jeune femme voilée et la une du Point... Si elle n'avait pas été voilée, si elle avait été une jeune femme lambda avec ses enfants vous n'auriez rien trouvé à
redire à l'image et au titre racoleur, vous n'auriez pas remarqué celui-ci, et n'auriez pas écrit de post ?

Je suis bien d'avis que ces mouvements des peuples en cours vont et devront faire bouger les choses en Occident. Pour autant, que de jeunes femmes se "voilent", et quelle que soit la forme la
couleur la longueur du voile, me dérange désormais.


Pensez BiBi 07/03/2011 16:21


Simple, efficace démonstration que la votre avec ce hasard que vous relevez, avec cette mise en rapport entre votre quotidien visuel et le quotidien médiatique.

Entre "eux" et "nous", on peut aussi relever les prises de position maintes fois répétées hélas qui voient dans les révolutions arabes la prépondérance discutable des Technologies High-Tech.
Technologies qui parleraient à la place des populations en révolte et qui donnent à croire que ce sont une fois encore les Pays européens, les USA (via leur progrès technologique) qui détiennent le
monopole de la Vérité et du Progrès démocratique.
J'essaye d'en parler sur mon blog : http://bit.ly/gJnYlO


nasheedbank 25/02/2011 17:21


Salemwa3laykoum

LISTE DE NASHEEDS, COURS, CONFERENCE ISLAM : http://www.nasheed.ow-fwk.com


(Clovis Simard,phD) 17/02/2011 13:36


Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-25: SCIENCE INCONNUE ?

SCIENCE DE L'AVENIR !

Cordialement

Clovis Simard


Anthony Pecqueux 15/02/2011 23:45


Cher Gérard Noiriel
Merci pour ce post qui fait du bien parmi la littérature ambiante... Il y a l'opinion de Roy dans Le Monde; en exact contrepoint ou presque (ou en illustration de ce que dénonce Roy), il y a (parmi
d'autres, de nombreux autres) celle de Jean Birnbaum dans Le Monde magazine ("Islamisme, le sourire du spectre", 12/02/2011) qui, en rappelant les positions de Michel Foucault sur la révolution
iranienne de 1979, ... en reste précisément à ces positions de 30 ans (comme dit Roy) et semble nier toutes les métamorphoses qu'ont connues ces sociétés. A savoir: "saluons les foules anonymes qui
abattent la tyrannie (...) mais prenons garde au spectre qui hante ces inserructions"
Ce ne sont pas tant les positions de Foucault qui posent problème, que le fait de vouloir absolument les plaquer dans des contextes si différents, si éloignés. Comme si, de toute éternité, ces
"grands enfants" ne pouvaient trouver d'autre recours ou aspirations que de s'en remettre à "l'islamisme"
Ces positions, comme vous le soulignez si bien, ont en outre des effets délétères vis-à-vis des français qui peuvent se reconnaître aussi comme musulmans. Vous parliez de la photo; dans les
formulations de Birnbaum, c'est la figuration d'un conflit/fossé entre "eux" & "nous" ("saluons... prenons garde...")
A part au durcissement des positions de part et d'autre de ce prétendu fossé, on voit mal à quoi pourrait conduire ce genre de raisonnements publics.